Une enquête met en cause la directrice du FMI, accusée de pressions pour ménager Pékin

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a fait pression en 2017 pour modifier un rapport de la Banque mondiale, où elle était en poste à l’époque, afin de ménager la Chine, affirme une enquête indépendante commandée par l’institution internationale et rendue publique jeudi.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS