“Urgence humanitaire sans précédent” dans le Sahel

L’ONU et plusieurs organisations internationales ont mis en garde jeudi 27 juin contre une “urgence humanitaire sans précédent” dans le Sahel, appelant à davantage de soutiens.

Des réfugiés nigérians à Goura, dans le nord-est du Cameroun (Photo : ONU)

“L’escalade de la violence armée dans le Sahel engendre des déplacements forcés et des urgences humanitaires de niveaux sans précédents”, affirme un communiqué conjoint.

“En un an, environ un million de personnes ont dû fuir leur foyer en raison de l’insécurité et de la violence”, notent ces organisations parmi lesquelles le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) ou encore le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

“Un état de dévastation indescriptible”

“Au Burkina Faso, au Mali et dans l’ouest du Niger, le nombre de déplacés a quintuplé”, écrivent-elles, soulignant qu’“à travers le Sahel, 4,2 millions de personnes se retrouvent aujourd’hui en situation de déplacement forcé”.

“L’impact de la crise, dans l’une des régions les plus vulnérables du monde, est dramatique. L’ampleur et l’intensité des violences ont laissé des communautés dans un état de dévastation indescriptible”, a déclaré Chris Nikoi, directeur régional du PAM. “La période de soudure avançant à grand pas, nous devons fournir une aide rapide et soutenue pour sauver des vies et éviter une crise plus profonde” dans une région où plus de sept millions de personnes sont en proie à l’insécurité alimentaire.

“Investissements robustes”

Toutefois, “au-delà de la réponse humanitaire, le Sahel a besoin d’aide pour s’attaquer aux causes profondes des crises qui affectent la région”, a estimé Liz Ahua, représentante régionale du HCR. “Il est crucial que le Sahel bénéficie d’investissements robustes dans les services publics, les infrastructures et le développement économique pour apporter des solutions durables à l’ensemble de sa population”.

“Si nous voulons inverser la tendance dans le Sahel, il faut modifier l’approche actuelle, majoritairement sécuritaire”, a abondé Mamadou Diop, directeur régional d’Action contre la faim (ACF).

La communauté humanitaire a besoin d’un financement total de 2,4 milliards de dollars pour porter assistance à 15,3 millions de personnes à travers le Sahel cette année. En juin, moins d’un quart des fonds ont été reçus.

TAGS